Make your own free website on Tripod.com

La rivière des Mille-Iles

La pêche au Doré

Accueil
Je me présente
Publications
Parlons de la rivière
Ces espèces
Les endroits de prédilection
Choisir son équipement
Trucs et astuces
Secret des Brimbales
Pêche blanche et la perchaude
Pêche blanche et le doré
Le coin des recettes
Les liens utiles
L'éditorial

dandinette.jpg

 

Divers plan d’eau regorgent de gros dorés jaunes et, dans ce texte, je vous suggère des techniques de pêche spécifiques à sa capture. Et des précisions sur les meilleurs endroits où déceler le doré sur la rivière des Mille-îles.

 

Je vous proposerai quelques leurres très productif « testés » pour la capture de cette espèce.

 

Ah! La pêche!

 

Quelle merveilleuse activité de plein air se classant parmi les plus populaires!

 

Un million trois cent milles pêcheurs « hommes, femmes, enfants et touristes »  pratiquent la pêche sportive au Québec (selon les statistiques gouvernementales).

 

Le doré arrive bon deuxième derrière la truite mouchetée qui est en très grande popularité auprès des amateur de pêche au Québec.

 

Le doré est une espèces  de poisson combatif. Et que dire de sa chair délectable préparée en filet, elle constitue le délice des plus fins palais.

 

Je vous propose dans ce texte deux équipements de pêche polyvalents pour capturer le doré.

 

Et pour les amateurs de pêche qui s’intéressent d’avantage à l’anatomie du doré, une somme importante d’information vous sont ici livrée.

 

 

 Sa description:

 

Le doré jaune appartient à la famille des percidés, comme la perchaude. Il se distingue par ces nombreuse écailles rugueuses, son corps cylindrique et sa nageoire dorsale épineuse. Sa combativité ajoute au plaisir de le capturer.

 

Les pêcheurs rencontrent habituellement cette espèce dans les grands lacs dont les eaux sont foncées et plutôt fraîches ( 13°C à 21°C ) présent aussi en rivière, le doré fréquente les fosses situées au pied des rapides.

 

Différents noms sont attribués à ce poisson. Au Québec, nous le désignons sous le nom de Doré, mais en France on l’appelle le Sandre.

Les Américains le surnomment Perch, Yellow Pickerel, Blue Pickerel, Jack, Jack-fish, Pick et les canadiens anglais, Walleye.

 

Mais , il appert que Samuel de Champlain (fondateur de Québec en 1608) L’ait baptisé du nom de doré, précisément à cause de la belle couleur jaune de son ventre.

 

Dans les lac du Québec, son aire de distribution se situe dans les tributaires du fleuve Saint-Laurent, en aval jusqu’à la rivière Manicouagan, vers le nord, jusque dans les rivière tributaires de la côte est de la baie james.

 

Le Doré ne commet que de rares incursions en eaux saumâtres.

 

Cette espèce se veux florissante, car son aire de distribution couvre presque toute l’est des État-Unis à partir de la frontière du Québec et ce jusqu'à la côte du Golf du Mexique.

 

Le Doré, dans les provinces de l’atlantique, fait preuve d’absence. Toutefois , nous le trouvons dans la grandes régions de l’Ontario, des Prairies et même dans quelques zones restreintes de la Colombie-Britannique et dans les Territoires du Nord-Ouest .

 

Sa présence semble marquée sur une large bande longeant le fleuve Mackenzie, le Grand lac de l’Ours et le Grand Lac des Esclaves.

 

 Les structures visibles:

 

Ces pêcheurs observent les embouchures sur les plans d’eau dont l’eau est relativement profonde, les baies peu étroites, les pointes, le long des rives, les fosses provoquées par le courant, les cirés, les herbiers et les différentes structures construite par l’homme. Ils tiennent compte aussi du vent et du courant.

 

Portez une grande attention aux structures visibles tels le dénivellement des montagnes, aux troncs d’arbres émergeant de l’eau, au lignes de joncs, aux plages de sable ou parfois de vase et au sources découlant des montagnes.

 

Les pêcheurs expérimentés s’attardent aussi aux plateaux, aux lits, aux lisières de végétation et au berges. Ces « indices » visuels prévalent pour la capture du Doré, mais ils s’appliquent aussi à la capture de la truite Mouchetée.

 

Certains pêcheurs ont cru, lors de l’apparition du sonar sur le marché, que le poisson sauterait dans leur embarcation!

 

Oh, non!

 

Le sonar est loin d’être un appareil miraculeux!

 

L’utilisateur se doit de bien connaître son mode de fonctionnement, s’il veut exploiter au maximum cet article de pêche.

 

Cependant, si vous vous aventurez sur d’immenses plan d’eau tels le réservoir Gouin ou le Baskatong, je vous suggère d’utiliser un sonar.

 

 La longévité du Doré:

 

Poisson d’eau tempérée et de profondeur, voilà le Doré. Néanmoins, ses capacités d’adaptation lui permettent de survivre dans les lacs eutrophes ( lacs peu profonds où la nourriture abonde).

 

Des biologistes ont évalué la longévité du Doré jaune à 10 ou 12 ans au sud du Canada, mais à plus de 20 ans au nord.

 

Le cycle de vie du Doré commence par une libération des œufs de la femelle au moment du frai ( approximativement de 25 à 650,000 œufs).  Certaines femelles en pondront davantage jusqu’à ce quelles aient atteint l’âge de 10 ou 11 ans. Le Doré se reproduit aussi en lac. Contrairement à l’Omble de fontaine, la femelle libère ses œufs et souvent quelques mâles l’accompagnent et les fécondent.

 

Ses œufs vont se loger sur le gravier, dans les crevasses formées par les roches et parmi les plantes aquatiques.

 

En rivière, les frayères sont situées dans les tributaires, dans les parties peu profondes d’une rivière ou en bordure des rives.

 

La ponte a lieu au printemps ou plus tard selon la latitude et la température de l’eau.

 

Les Dorés mâles préfèrent les eaux claires ayant plus de 5 pieds (1,5 m) de profondeur avec fond rocailleux où des minéraux très durs ou du gravier sont présents.

 

Ces derniers se dirigent les premiers vers les frayères. Mais pour assurer la survie et l’éclosion des œufs, les frayères doivent être situées à un endroit où l’on trouve du courant. C’est une condition essentielle à l’oxygénation et à la propreté des œufs.

 

Le frai a lieu de nuit et les frayères se situent dans des endroits rocheux, au pied des chutes, près des barrages insurmontables ou encore sur les hauts-fonds.

 

Après moult poursuites, les géniteurs se précipitent en amont des eaux profondes, ce qui stop leur course.

 

Les femelles se roulent sur le côté et alors il y a émission des œufs et du sperme .

 

Les œufs éclosent au bout de 12 à 18 jours selon les températures et la latitude.

 

Le taux de fertilisation estimé à 95%, chute de 5 à 20% en ce qui a trait aux œufs qui viennent à l’éclosion.

 

Le Doré mâle atteindra généralement sa maturité sexuelle à l’âge de 2 à 4 ans, s’il a su déjouer ses prédateurs.

 

Et le pêcheur en fait partie!

 

 Ces Habitudes:

 

Le Doré jaune préfère les eaux courantes des rivières (entre 0,5 et 1,5 m/s), peu profondes et bien oxygénées.

 

À l’été, le Doré se déplace en différents endroits sur un même plan d’eau.

 

À cette époque de l’année, ce poisson préfère une température inférieure à 78° F ( 25°C ).

 

Certains individus demeurent en suspension, à la recherche du poisson-fourrage tandis que d’autres évoluent en profondeur.

 

À l’automne, le pêcheur capture les plus gros spécimens qui se retrouvent près des rives peu profondes des lac et dans les eaux vives des rivières.

                  

 Son régime alimentaire:

 

En hiver, dans les région métropolitaine de Montréal, de beaux Doré sont capturés.

Précisément, dans la rivière des Mille-îles, au lac des Deux-Montagnes, au Lac Saint-Pierre et au lac Saint-louis.

 

La quête de nourriture, pour ce poisson, s’oriente davantage vers les poissons-fourrage. Le Doré est carnivore et cannibale, et du fait même, peu sélectif.

 

Il se nourrit de tout ce que la nature lui fournit et il s’attaque à ses propres rejetons s’il ne peut manger de jeunes Perchaudes.

 

Les Dorés adultes se nourrissent presque exclusivement en certaines périodes de l’année de Phryganes.

 

Cet insecte fait parti du « plat de résistance » de cette espèce.

 

Les Dorés ne dédaignent pas non plus le Cyprin de lac, le Malachigan, le Cosco de Lac, le meunier, le Crapet, l’achigan et l’alose entres autres espèces.

 

Il ne lèvera pas le nez sur la sangsue, la Grenouille, le Têtard et même la souris.

 

 L’ensemencement:

 

Contrairement à certaines espèces de poissons dont l’origine provient d’un ensemencement, le Doré est une espèce indigène.

 

Quant aux Brochet et aux Maskinongés, peu d’ouvrages scientifiques démontrent qu’ils ont été ensemencés contrairement à la Truite Mouchetée et à la Truite Arc-en-ciel.

 

Quant à la Ouananiche, elle fut introduite, entre autres, dans le lac Tremblant et certains autres lacs.

 

 Sa vision:

 

Ce poisson lucifuge «  qui fuit la lumière » aime à évoluer dans des eaux peu profondes et turbides.

 

Il s’alimente de préférence au demi-jour et à la grande obscurité.

 

Son œil, extrêmement sensible, fonctionne dans une luminosité réduite.

 

Ce poisson souffre de phototropisme visuel, c’est-à-dire que l’œil du doré réagit devant un éclairement brusque.

 

L’œil du Doré tolère difficilement les rayons lumineux, et pour cette raison, il préfère demeurer en profondeur pour se préserver de ces rayons dans l’eau claire.

 

Sur une surface ridée, il peut évoluer en suspension.

 

Sa rétine contient une couche de pigments réfléchissants appelés « tapetum lucidum » qui lui donnent une apparence vitreuse.

 

Cette couche réfléchit la lumière grandement et aide à son excellente vision nocturne.

 

Le « tapedum lucidum » doté de cônes dans son épaisseur, est responsable de sa vision en couleur le jour et des bâtonnets qui agissent la nuit, lui permettent de voir en noir et blanc.

 

La vision en couleur de cette espèce a été vérifier à l’aide d’une sonde introduite dans ses cônes individuels. Il semblerait qu’il possède une vision uniquement composée de teintes de rouge ou de vert.

 

En Amérique du nord, et selon son habitat, la coloration du Doré varie du jaune au vert, du brun olive au bleu.

 

Il faut souligner que la coloration de l’eau et la profondeur peuvent changer la façon dont le leurre apparaît dans l’eau. À noter aussi que le Doré a une vision monoculaire très développée.

 

Ceci lui permet de voir tout ce qui se passe autour de lui, sauf un angle mort en arrière d’environ 30° degrés. S’il y a danger dans son dos, il se déplace de gauche à droite pour contrôler la situation, soulignent les auteurs.

 

Donc les couleurs du leurre à utiliser vont varier d’un plan d’eau à un autre, car la nourriture du Doré peut changer.

 

Essayer diverses couleurs et vous saurez laquelle il préfère.

 

Toutefois, dans la rivière des Mille-îles les couleurs blanche, noir, jaune et orange réussissent à le faire réagir et sortir de sa cachette.

 

 

 La sensibilité de son ouïe

 

Le pêcheur doit tenir compte que le Doré possède une ouïe sensible. Il perçoit les bruits par la ligne latérale sur son corps.

 

Le bruit d’un moteur à essence peut diminuer vos chances de captures?

 

 

 Sa coloration:

 

La coloration du Doré varie selon son habitat. En eau turbide, il arbore une robe plus pâle et des motifs noirs moins marqués. Tandis qu’en eau claire, ceux-ci deviennent plus net.

 

Ses couleurs de fond vont généralement du brun olive au jaune. Sa tête de même que son dos foncé , ses flancs, plus pâles. Enfin, son ventre tire sur le blanc laiteux ou sur le blanc jaune.

 

Il faut savoir qu’il existe des Dorés noirs. Leur capture est moins fréquente et leur poids moindre.

 

 identifier les endroits de pêche sans sonar:

 

Différentes questions viennent à notre esprit, quand nous pêchons le Doré sur un plan d’eau inconnu sans sonar, ni carte bathymétrique.

 

Voici la plus importante : « À quel endroit vais-je pêcher ? » Le Doré, ce poisson grégaire, possède un instinct qui le pousse à vivre en banc. Nombreux sont les pêcheurs qui ne possèdent pas de sonar pour différentes raisons.

 

Certains amateurs de pêche préfèrent

« pêcher à vue »  sur de petits et moyens plan d’eau!

 

Leur taux de succès est impressionnant. Pourquoi? Parce qu’il sont des pêcheurs aguerris!

 

 

 La pêche à la dandinette:

 

Pour pêcher le Doré à la dandinette plusieurs pêcheurs utilisent une canne composée d’un seul brin à action rigide. Sa longueur : 6  pieds ( 2 m ). Une canne trop molle ne favorise pas un bon ferrage.

 

La technique de pêche à la traîne avec « un marcheur de fond nécessitera une canne un peu plus longue 6 ½ pi ( plus de 2 m ). Avant de vous procurer une canne à pêche, pensez de l’acheter en fonction des espèces de poissons que vous privilégiez.

 

Ce principe s’applique également au monobrin et aux leurres.

 

Certains manufacturiers mettent à la disposition des pêcheurs des cannes à haute teneur en graphite. Ces cannes à pêche favorisent davantage le « feeling » de sentir le poisson mordre à l’appât.

 

 Le système de freinage:

 

Je vous conseille un moulinet pouvant recevoir un maximum de cent verges de monobrin. Calibrez le moulinet avec la canne à pêche, car un moulinet trop gros pour une canne trop légère n’offre pas un bon rendement.

 

Je préconise un moulinet possédant un freinage avant, lors du ferrage, ajustez la tension.

 

 

 Les bons endroits de pêche et les techniques pour capturer le Doré:

 

La pêche à la dérive est suggérée.

 

Les appâts vivant demeurent productifs. Si vous pêchez en bordure des chutes ou des rapides, les cuillères ondulantes et tournantes demeurent efficaces.

 

Si vous pêchez dans des structures en eau profonde, il vous faudra assurément l’aide d’un sonar pour localiser le doré.

 

Jetez l’ancre, une fois les structures identifiées et pêchez avec des dandinettes ou avec des appâts vivant ( Si permis dans la zone où vous pêchez ) et ici sur la Mille-îles c'est la zone 8 et les mené vivant son permis.

 

Dans les baies étroites de grands bancs de Doré , approximativement de même taille et de même âge, se réunissent à la fin du jour et se dirigent vers ces baies. Il bloqueront l’embouchure des baies étroites et profondes et ils affectionnent le Cyprin de lac.

 

Alors, la fête débute!

 

Les Dorés deviennent actifs et leur gueule ouverte ressemble à un entonnoir à ménés.

 

Il faut scruter le fond des baies, tôt le matin et surtout quand le soleil décline. Par contre, j’affectionne la pêche nocturne comme certains adeptes. Le soir et la nuit, c’est la frénésie! Les Dorés se laissent leurrer facilement.

 

La pollution, le goût de la chair du Doré est délicieux, mais avec la venue des pluies acides, il m’arrive de ne manger que les plus petits spécimens.

 

Pourquoi? Pour deux raisons principales, d’abord parce que ces poissons sont demeurés moins longtemps dans l’eau.

 

Les Amérindiens de notre pays savent de quoi je parle!

 

Deuxièmement, si on veut protéger l’espèce, le pêcheur sportif se doit de gracier les gros géniteurs.

 

Voici d’autres point « névralgique » où pêcher ce poisson si convoité.

Les pointes, les endroits visibles, les rives.

 

Ne négligez surtout pas les pointes s’avançant vers des eaux profondes sur une bonne distance. Parfois l’amateur de pêche y trouve une bonne concentration de poissons. La dandinette est fort efficace.

 

Les endroits visibles telle les grosses roches et les îles, méritent que l’on s’y attarde.

 

Lorsque vous pêchez le long des rives, maintenez-vous à une distance entre 25 et 50 pieds de la terre ferme ( 8 m à 17 m ).

 

Le Doré a parfois tendance à évoluer en suspension. Si votre appareil sonar peut localiser des bancs de poissons-fourrage, par le fait même vous pêcherez du beau Doré.

 

Identifiez ces fosses où se produit un changement brusque de profondeur. Pêchez-y à la dandinette.

 

Le ciré, un terme fréquemment employé par les pêcheurs de saumons d’atlantique est cette portion de rivière où l’eau coule librement. Nous remarquons le ciré par l’absence de rapides et de bouillons.

 

Cet endroit riche en poissons se démarque par une eau calme, marquée par le début d’un rapide et la fin d’une fosse.

 
 L'équipement:
 
Pour la pêche au doré jaune sur la rivière des Mille-îles,je vous suggère d'utiliser une canne d'un seul brin à action rigide d'une longueur de 1 à 2 m ( 3 à 6 pi ).
 
 Pourquoi ?
 
Parce que le cartilage de la bouche du doré est très épais. Cette canne devra être ferme pour permettre à l'hameçon de transpercer plus facilement au moindre ferrage, sa mâchoire.
 
De plus, pour la pêche au lancer léger je conseille un moulinet avec un système de freinage arrière.
Lorsque vous ferrez le doré et que la pièces est imposante, il est utile de pouvoir rapidement et d'un simple mouve,ent du doigt ré-ajuster votre tention.
 
Certains moulinets conventionels ne possèdent pas cette caractéristique importante.
 
Quant à l'équipement prévu pour la pêche à la traîne, un moulinet  de lancer lourd de récupération rapide est recommandé.
 
Ces moulinet conçus avec un système de freinage magnétique évitent les éternelles perruques que l'on connaissait il y a quelques années.
 
Lorsque vous pêcher le doré sur la Mille-îles il est pas nécessaire d'avoir un moteur puissant car ce plan d'eau n'est pas a fort courant comme pour le fleuve St-Laurent ou nos grand lac ici au Québec, bien au contraire une simple chaloupe et un petit moteur comme par exemple un 9.9 est suffisant .
 
Si votre embarcation est munie en plus d'un moteur électrique, vous la contrôlerez plus facilement. Ce dernier étant très souple et peu bruyant il n'effraiera pas le doré lorque vous pêcherez dans les zone peu profondes.